[]
loader

Mes actus' montagnes

Vous tenir au courant des conditions!

trail du Gypaète 2014

jeudi 12 juin 2014, par Steph

[(samedi 7 juin 2014)]

Engagé sur le 41 km, le départ est donné à 10h, il fait déjà très chaud, mais j ’ai hâte de remettre les compteurs à zéro et d’ oublier ma déconvenue de la dernière fois.

Fort de mon expérience ! je pars tranquille et ne me laisse pas emballer dans la première grosse montée à l’aiguille verte.

Je reviens progressivement sur les coureurs , j’ai des très bonnes sensations.

Je rejoins des têtes connues ( oliv Dubreuille, candide Gabioud ) je mets un peu de distance entre nous dans les montées mais je me fais souvent rattraper par olivier sur les parties plates. Finalement, je creuse l’écart dans la montée à Andey ... j’en bave , mais je suis bien ! on m’annonce un écart avec olivier Morin de 6 minutes, je ne cherche pas à revenir mais je me dis que je vais gérer, j aperçois Jean Christophe Bette, pourquoi pas revenir au moins sur lui ?

je gère bien la grosse descente sur Brison et rejoins jean christophe qui n’est pas bien du tout , il se tient aux arbres pour ne pas tomber, la tête qui tourne...
La chaleur est horrible mais dans les sous bois, c’est tenable... Au Mont saxonnex, on m’annonce deuxième ( en fait j’étais troisième ) , je suis fatigué mais confiant, il reste une dernière bosse pour monter au lac Bénit, même si je sais que ça ne va pas être facile, je pense vraiment à ce moment que ça va le faire...

j alterne course et marche dès que c’est un peu plus pentu puis arrive la montée très raide dans les bois, je ne suis pas bien du tout alors que 10 minutes avant je déconnais avec des coureurs du 29km et Thomas qui s’accrochait à sa 3ème place sur le 74 km....

Je finis par vomir, repars, puis rebelotte... Malgré les bonnes attentions de tous les coureurs qui veulent me donner un coup de main, rien n’y fait !
je suis épuisé quand j’arrive au sommet du lac Bénit, je me dis qu’il n’y a plus qu’à descendre, mais c’est impossible, des fourmillements dans les doigts de plus en plus en plus fort m’indiquent que je vais pas tarder à tourner de l’oeil ! je m’allonge , les jambes en l’air contre un sapin... la scène se répète tout les 100m ! j’entends Marjo me demander si ça va alors que je vomis sur le bord du talus ! Forcément elle a pas besoin d’attendre ma réponse, ça se voit je pète le feu ! Je lui dit de tracer et elle termine à la deuxième place chez les femmes derrière Caroline Freslon Bette.... Belle perf ! Elle aurait sans doute pu même faire un peu mieux car elle croyait être en tête et à "gérer" la fin de course sans savoir que Caroline était devant...

Quant à moi, je titube jusqu’au premier chalet que je rencontre, les bénévoles s’occupent super bien de moi, me rafraichissent... et me redescendent en 4X4 à l’arrivée, je suis vraiment cuit mais au bout d’une heure je bois et je mange avec appétit, je reprends vie assez rapidement alors que je pensais en ch.... une semaine comme pour l’UTM.

je n’ai qu’une envie : appeler les organisateurs des autres courses que j ’ai prévu de faire pour annuler... finalement, en prenant du recul je me dis que je me suis fait plaisir pendant 4 heures et que j’ai eu un bon coup de chaud / déshydratation et hypo comme beaucoup de coureurs avec ces conditions si difficiles... vive la pluie la neige et le vent de l’année dernière !

En tout cas c’est une course magnifique (surtout jusqu’à Andey) très bien organisée avec des gens très sympas sur tout le parcours : on sent vraiment un lien entre les communes pour fédérer autour de cet évènement, la formule semble fonctionner, les organisateurs ( Christophe Roux and co. ) font les choses bien mais avec simplicité, ce qui fait le succès de cette course...


la longue agonie ne va pas tarder à s’amorcer !!